HOMEKlokkenmakersDe BeefeBiblioInkoopContact

Joseph Moll révolutionnaire

l'horloger pre-communiste Maximilien Joseph Moll

1848Quand Karl Marx vivait en exile à Bruxelles. Il fréquentait la famille Philips (des lampes) et des députés progressistes belges. L'effet des circulaires lithographiées ne tarda pas à se faire sentir. Vers la fin de 1846, la Fédération des Justes, l'association internationale la plus puissante que le prolétariat eût en Europe en ce moment et qui avait son siège à Londres, délégua l'horloger Joseph Moll à Bruxelles auprès de Marx et à Paris auprès de Engels, pour leur déclarer que la Fédération était prête à tenir compte des critiques qu'ils avaient adressées à ses doctrines et à sa tactique, et les prier d'y entrer comme membres. Marx et Engels acceptèrent cette proposition et pendant l'été 1847, un congrès eut lieu à Londres, où Engels représenta Paris et Wilhelm Wolff Bruxelles, dans lequel fut constituée la Fédération communiste, la nouvelle organisation socialiste basée sur les doctrines marxistes.

Moll fut né à Cologne le 14 octobre 1813. En Suisse il rejoignait l'association sécrète Jeune Allemagne (Junges Deutschland mélangeant la democratie, la reforme sociale et le nationalisme). En 1836 il fut banni de la Suisse. Venu à Paris il s'alliait à la Fédération des Justes. Lors d'une révolte manquée il dût s'enfuir en Grande-Bretagne pour être envoyé à Bruxelles. De 1846 à 1848 il vivait à Bruxelles et on ignore ses moyens de revenu. Fut-il rhabilleur de montres? Après les révolutions de 1848 il retournait en Allemagne pour devenir président du syndicat communiste. Il dût fuire la même année vers l'Angleterre, mais retournait clandestinement pour participer à la résurrection démocrate de Baden (Mai-Revolution). Le 28 juin 1849 il mourut dans une bagarre dans la retraite de l'armée du peuple vers la ligne du Murg. Les Prussiens chassaient les révolutionnaires vers la Suisse. Ses qualitées étaient son aptitude à l'organisation et sa mentalité travailleuse. Une présence physique impressionante Moll retenait souvant des centaines d'adversaires en se mettant dans une porte. Engels le décrit comme très diplomatique dans son histoire du communisme dans Enthüllungen über den Kommunisten-Prozess zu Köln de Karl Marx (Hottingen-Zürich 1885). Selon Engels Moll s'était introduit parmis les troupes prussiennes pour agiter et pour convaincre les cannoniers de changer de camp en rejoignant les troupes palatines. Une balle dans la tête au pont de Rotenfels mettait fin à la vie de Joseph Moll, rhabilleur de montres révolutionnaire.

On cherche des montres, pendules ou horloges de Moll.

lode.goukens@ugent.be

Back to TOP © Copyright, all rights reserved, 2010