HOMEHorlogersDe Beefe FromanteelRatsmaRootsBibliofielBillardAnsembourgContact

Gilles De Beefe au Musée Ansembourg

De Beefe

Biographie (par André Thiry) : Gille 1 De Beefe, descendant d'une lignée d'habiles horlogers originaires de Befve-lez-Thimister (né le 4 octobre 1694). Possédant une grande maîtrise en horlogerie et en mécanique, en 1726, il s'installe à Liège. Le roi du Portugal, en 1733, lui commande deux horloges avec carillons pour le palais de Mafra. En compagnie de Jean Debefve (son cousin) qui remplaça son frère Nicolas (pour une raison à ce jour inconnue), ils se rendent dans cette ville pour y diriger les opérations de montage. Il fit également le carillon de la cathédrale de Lisbonne. Le 28 september 1739 revenu dans son pays et s'y étant perfectionné, Gille obtient du prince - évêque, George Louis de Berghes, " un octroi exclusif pour faire et vendre au Pays de Liège et Comté de Looz des montres à secondes, minutes, sans roues de champ " 2. En 1740, cette invention lui vaut le titre d'horloger de Son Altesse le Prince et en 1752, il est nommé horloger de la cathédrale Saint-Lambert. En 1754, il conclut une convention avec le chapitre de la cathédrale afin de construire une nouvelle horloge dotée d'un carillon. L'ouvrage terminé est si parfait qu'il reçoit une gratification. Gille de Beefe est décédé le 16 septembre 1763; Il est donc impossible de lui attribuer l'horloge de l'église saint Servais à Maestricht. P. Th. R. Mestrom dans son ouvrage "Limburgse klokken en hun Makers" Maastricht, 1997 page 82, annonce De Beefe François 1718-1784, fils de Gille de Beefe comme le réalisateur de cette horloge.De Beefe La date de naissance (François) 4 decembre 1718, fils de Gille, correspond avec les données de cet historien. François, maître carillonneur - horloger à l'âge de 49 ans va entreprendre la fabrication de l'horloge de l'église saint Servais à Maestricht situé à 30 km de Thimister. Le 16/08/1745, il est surveillant et réparateur des horloges des tours de la ville. à cette époque, Maestricht faisait partie de la principauté de Liège. Les pièces d'horlogerie que l'on attribue à François de Beefe à Maestricht sont postérieures à la date de sa rentrée du Portugal à Thimister le 30/09/1739. A titre d'anecdote : la machine à carillonner de la cathédrale saint Lambert porte la mention "G. et N. de Beefe 1756". Lors de la révolution liègeoise en 1794, la cathédrale Saint Lambert fut détruite. Le carillon survécu et fut réinstallé dans le clocher de la cathédrale Saint Paul. Il refonctionna pour la première fois le 6/8/1813 à l'occasion du passage à Liège de l'impératrice Marie-Louise. Certains éléments de cette biographie proviennent de messieurs Florent Pholien (†) et Pierre Guérin.

Numéro d'inventaire: 35/9

Description artistique : Horloge liégeoise en chêne sculpté. La tête, surmontée d'un chapeau en doucine sur lequel est posé une corbeille de fleur en bois sculpté, repose sur une corniche cintrée, timbrée d'une agrafe et terminée par une plate-forme. La traverse supérieure est ajourée de rinceaux.

Le cadran: Le tour d'heure en étain repose sur un fond de laiton ciselé. Les écoinçons en laiton ciselé et ajouré représentent des motifs floraux. Au centre du cadran, on voit un cartouche en étain signé du nom de l'hrologer. L'écusson en métal doré, bordé d'un cercle en étain est entouré par des écoinçons de fronton en laiton ciselé et ajouré figurant un animal imaginaire.

La gaine: "Le décor s'inscrit surtout à la porte de la gaine (...) dans un double cadre de moulures qui s'infléchit aux extrémités et à l'oculus. Un cordonnet souligne (...) les pans coupés droits, au bout desquels on peut trouver un petit motif: une rocaille asymétrique " 3. La partie supérieure de la porte est décorée de feuilles d'acanthe, d' entrelacs et d'une agrafe. L'oculus entouré de cordonnets est principalement orné d'une palmette, d'une draperie, de fleurs et d'acanthes. Le décor de la partie inférieure est composé d'un quadrillage, d'une agrafe et de feuilles godronnées.

Le socle: " Le piétement de la base évasée et (... ) mouvementée (sobrement décorée, (...) d'un panneau en taille d'épargne cantonné de fleurons) consiste en une plinthe découpée en forme d'arc " 4 posée sur des patins.

Description Mécanique: mouvement huit jours donnant les secondes, doté d'un quantième, d'un réveil et d'un Sonne-Silence.Le "sonne-silence" est un mécanisme qui permet de mettre la sonnerie hors service. L'aiguille peut être placée sur le mot "sonne" ou sur le mot "silence" d'où son nom.

Dimensions:

Inscriptions: Sonne-Silence ( sur le cercle en étain bordant I'écusson) Gilles De Beefve à Liège (sur le cartouche en étain situé au centre du cadran)

Datation : 1739 - décédé le 16 septembre 1763

Acquisition : Don de Monsieur Reul (selon le désir exprimé de son vivant par Mademoiselle Reul)

 

Notes:

  1. Les théories de Florent Pholien et d'André Thiry ne sont pas d'accord sur ce point.
  2. Extrait de : L'horlogerie et ses artistes au Pays de Liège / Florent Pholien. - Liège : Edition d'art des imprimeries nationales des militaires mutilés et invalides de la guerre, (1933). - p. 78
  3. Extrait de : L'horlogerie en gaine à Liège au XVIlle siècle par Michel Lefèbvre. - Liège : Université de Liège, Faculté de Philosophie et Lettres (Ulg), 1979. - p. : 54
  4. Extrait de : L'horlogerie en gaine à Liège au XVIIIe siècle " par Michel Lefèbvre. - Liège : Université de Liège, Faculté de philosophie et Lettres (Ulg), 1979. - p. : 54

Chacun est invité d'envoyer des images, des informations etc sur des horlogers belges (wallons, flamands et germanophones).


De Beefe

Gille De Beefe

lode.goukens@ugent.be

© Copyright, all rights reserved, 2010